Les Vaisseaux Frères

Les Vaisseaux Frères

Tahmima Anam

Actes Sud

  • par (Libraire)
    22 février 2018

    Les Vaisseaux Frères

    Zubaïda est une jeune paléontologue d’origine bangladaise qui a fait ses études à Harvard. Quelques jours avant de quitter les États-Unis pour participer à une mission scientifique au Pakistan et mettre à jour un fossile vieux de cinquante millions d’années qui pourrait combler un chaînon manquant de l’évolution, elle rencontre Elijah. Il est américain, musicien, et une communion d’âmes s’établit immédiatement entre eux. Mais Zubaïda est déjà fiancée au Bangladesh avec Rachid, son amour de jeunesse, et elle ne peut imaginer de casser ce lien qui constitue une racine d’autant plus importante pour elle qu’elle ne connaît pas ses origines : lorsqu’elle avait neuf ans, ses parents lui ont dit qu’elle avait été adoptée, mais elle n’a jamais posé aucune question à ce sujet.
    Dans "Les Vaisseaux Frères", à travers un long récit adressé à Elijah, Zubaïda raconte sa quête d’identité, qui passera notamment par la découverte des terribles conditions de vie et de travail des ouvriers des chantiers de démantèlement de porte-conteneurs et de navires de croisière au Bangladesh. Au fil des pages se dessine aussi progressivement l’affirmation de ses choix à l’encontre des codes traditionnels de la haute société bangladaise.
    Un roman puissant et intime sur l’amour et l’identité, qui nous permet de découvrir le Bangladesh d’aujourd’hui.


  • par (Libraire)
    14 février 2018

    Un roman superbe sur la recherche de ses origines dans un Bangladesh miné par la pauvreté

    Pour celles et ceux qui ne connaîtraient pas Tahmima Anam, voici une occasion de le faire grâce à la belle traduction de son troisième roman. Ce livre permet aussi de découvrir le Bangladesh, peu mis à l'honneur dans la littérature.
    Le lecteur va découvrir l'univers et les pensées d’un superbe personnage féminin, Zubaïda, paléontologue achevant sa thèse à Cambridge, grâce à une lettre qu'elle adresse à un américain, Elijah. On apprend qu'elle doit repartir au Bangladesh, après une mission de fouilles au Pakistan qui échoue. Elle doit se marier, selon la coutume, à un homme à qui elle est promise depuis longtemps. Mais ses interrogations sur ce qu’elle laisse aux Etats-Unis, sur ses origines puisqu'elle sait avoir été adoptée, et sur son statut de femme mariée une fois la cérémonie passée, ne cessent de la tourmenter.

    Un second récit va s'enchâsser alors dans ce premier niveau de la fiction, celui d'un homme, Anwar, ouvrier dans le plus grand port de la côte bangladaise,Chittagong, où le travail consiste à désosser des navires en fin de vie dans des conditions extrêmes.
    Les deux personnages vont se révéler être liés par leurs histoires personnelles. Acceptant en effet d'être traductrice auprès d’une anglaise réalisant un reportage sur ce port, Zubaïda va rencontrer Anwar et celui-ci va lui révéler des éléments de son passé.

    Tahmima Anam sait captiver son lecteur ; nous la suivons facilement dans les méandres des réflexions de son personnage principal. Le livre pose des questions essentielles qui rejoignent la réalité sociale du Bangladesh et notamment la difficulté des femmes à choisir la façon de mener leur vie dans une société patriarcale qui nie tout simplement cette possibilité. Le roman est aussi l'occasion de décrire de façon aiguë et réaliste l'extrême pauvreté dans le sous-continent indien, celle d'adultes et d'enfants qui gagnent leur vie à la journée en louant leur corps pour des sommes dérisoires.
    L'auteure développe aussi de façon intimiste ses interrogations sur les erreurs qu'une vie entière ne peut réparer et sur le passé qui vous rattrape, inévitablement.