Ör

Ör

Auður Ava Ólafsdóttir

Zulma

  • par (Libraire)
    11 décembre 2017

    Roman drôle et délicat

    Roman drôle et délicat de l'auteur de Rosa Candida. Un grand gaillard islandais de 49 ans a perdu le goût de vivre, et le sens de lui-même. L'auteur poursuit avec douceur et cocasserie l'exploration de la vulnérabilité humaine et de la répartition du monde.
    Eloge de la peau et de l'entraide, de la résistance et de la cicatrice. Où l'on se demande si l'on peu réparer le monde avec un morceau de scotch ?


  • par (Libraire)
    3 décembre 2017

    Errance

    Jonas a perdu le goût de vivre; il est déterminé la seule solution c'est mourir. Le problème est de procéder à cette éviction dans une relative discrétion. Il serait en effet d'un goût douteux d'imposer à sa fille, qui n'est pas vraiment la sienne, ou à son ex épouse la vue de sa désespérante dépouille. Avec pour unique bagage une chemise rouge et une boîte à outils notre héros décide de provoquer le destin et s'embarque pour un voyage peu ordinaire: il s'envole à destination d'une contrée lointaine non identifiée ravagée par la guerre dans laquelle il y a fort à parier qu'il rencontrera la Dame en noir sans encombre. Mais c'est précisément au contact des meurtrissures d'autrui qu'il va apprendre à panser ses blessures, baigné dans un univers dévasté il va peu à peu se construire.
    Le récit délicat d'une âme vacillante en quête d'identité; un roman tendre tout en finesse sur le pouvoir de la solidarité.


  • 26 novembre 2017

    ** CET OUVRAGE FAIT PARTIEDE NOTRE SELECTION****[
    q u o i  l i r e ? ](http://www.onlalu.com/quoilire)**
    ** l'avis de libraires **

    Lire la suite de la critique sur le site o n l a l u


  • 8 novembre 2017

    Se sentant abandonné de tous et toutes (femme, fille, mère !!)) Jonas et bien décidé à en finir avec la vie. Il décide pour cela de partir dans un pays en guerre, c'est plus discret et moins pénible pour ses proches. Pour seul bagage une boîte à outil. Au fil de ses rencontres va t-il se réparer ? Drôle, poétique mais profond, un nouveau roman d'Olafsdottir (Rosa Candida) très réussi, certainement le plus abouti!


  • par (Libraire)
    25 octobre 2017

    Réparations

    Quel bonheur, quel enchantement! Humour et mélancolie sont finement associés dans une belle et lente réflexion autour de l'âme humaine, le fait d'exister dans son essence et son non-sens. Les cicatrices, les blessures à peine refermées, entrouvertes, sont aussi une ressource et nourrissent l'envie de continuer. L'auteure séduit de ses textes et de sensibilité romanesque et humaine.