Le secret de Sainte-Hélène

Le secret de Sainte-Hélène

Wagenbreth, Henning

Le nouvel Attila

  • Napoléon n'est pas mort ! Et l'on se met à douter de l’identité de cet empereur censé reposer aux Invalides ! Voilà une histoire bien étrange, un leurre orchestré de toute pièce par l’empereur lui-même... C'est l’énigme que raconte Henning Wagenbreth dans "Le secret de Sainte-Hélène", un roman-BD graphique et psychédélique haut en couleur. Le dessinateur allemand confronte deux compte-rendus contradictoires sur le retour de la dépouille de Napoléon de Sainte-Hélène, en pleine Atlantique, à Paris. Dans le premier, le chirurgien major Rémi Guillard déclare avoir identifié le corps de l’empereur avant de l’expédier, dans plusieurs cercueils scellés, aux Invalides. Dans le second, le comte de Rohan-Chabot, qui a participé à l’exhumation, raconte que le cadavre était absent... En visitant le caveau, les deux hommes découvrirent même une véritable société souterraine et futuriste, dirigée par Napoléon lui-même ! Un ouvrage étonnant.


  • par (Libraire)
    8 mai 2014

    Henning Wagenbreth, l'illustrateur des romans d'Hilsenrath ("Fuck America", "Le Nazi et le barbier"...), reprend du service... au crayon mais aussi au clavier : il signe "Le Secret de Sainte-Hélène", texte polychromique de quarante pages lancé comme un boulet de canon dans la morne plaine de la production éditoriale du mois de mai...
    Waterloo est loin, Napoléon a recouvré toute sa vigueur et, après quelques assouplissements cadavériques, reprend du service dans cette aventure (pas) piquée des vers... l'extravagance du sujet et des illustrations jure à merveille avec la rigueur du compte rendu de Rohan-Chabot. Bref, Le nouvel Attila nous offre une fois de plus l'improbable sur un plateau. Amateurs de grands nimportequois, mais de grands nimportequois maitrisés, domestiqués comme un jardin à la française ; amateurs d'Amazonies martiennes à la française, lisez ce livre. Et offrez-le : à un écarquillement passager succèdera souvent un intense plaisir de lecture, parce que Wagenbreth ose tout, et le fait avec style !