Conseils de lecture

Le Sport des rois
24,00
par (Libraire)
26 février 2019

Magnifique et terrible, un très grand roman!

650 pages, autant dire un pavé, vont vous plonger dans l’Amérique des propriétaires terriens du Kentucky à la terre fertile et à l’herbe bleue, et dans l'histoire de ceux qui les ont rendus riches et arrogants, les esclaves : un roman brillant et dense qui vient d’être publié dans la collection « Du monde entier » chez Gallimard, écrit par une jeune femme presque inconnue puisqu’elle n’a publié qu’un seul roman précédemment.
Le lecteur va suivre la destinée d’une famille, les Forge, arrivée au Kentucky il y a 7 générations, emplie de la certitude d’être la maîtresse de ces terres et dont la fierté du nom est la colonne vertébrale.
Le jeune Henry Forge, dont on va suivre le parcours de façon plus intime ainsi que celui de sa fille, Henrietta, déclare à son précepteur tout juste arrivé au domaine :

« Le Kentucky est le plus grand Etat de l’Union.
- En êtes-vous sûr ? répliqua l’homme
- Absolument.
- Plus grand même que le New Jersey ? » Il tortilla ses lèvres d’un air vaguement amusé.
Henry ne saisit pas la plaisanterie, il écarquilla les yeux. «  Des gens ont risqué leur vie pour arriver jusqu’ici et fuir des Etats comme le New Jersey. Quand ils ont banni l’esclavage en 1804, de nombreuses familles ont migré vers le Sud avec leurs Nègres pour s’install-
- Leurs Noirs ». L’homme inclina la tête sur le côté, un sourcil levé. « Vous vouliez dire Noirs, non ? »

Quand Henry hérite du domaine, il décide d’arracher le maïs et le tabac qui ont fait jusque-là la fortune de la famille et le transforme en haras pour y élever des purs-sangs et créer le cheval qui mettra tous les autres à terre. Obnubilé par sa passion, il se lance dans cette entreprise et y consacre sa vie tout en léguant son obsession à sa fille qu’il va éduquer dans le but de poursuivre son grand œuvre.
La dynastie Forge fonctionne en circuit fermé, d’autant que la mère de Henrietta a fui le domaine pour l’Europe en laissant à son mari le soin d’élever la fillette qui se révèle brillante et aussi déterminée que son père à créer des chevaux exceptionnels. C’est à ce moment-là que va débarquer Allmon Shaughnessy, embauché comme groom et premier Noir à travailler dans le haras des Forge.
L’histoire va et vient dans le temps et nous ramène à ce qu’ont enduré les ancêtres d’ Allmon et ce que lui-même va devoir supporter ; elle raconte le sort qui s’acharne sur les Noirs de Cincinnati et d’ailleurs, hommes ou femmes, jeunes ou vieux et qui les remplit de haine et de volonté de vengeance.
L’écriture puissante de E.C. Morgan est complexe et nous entraîne dans ce qui fonde l’histoire des Etats-Unis, mais elle fouille également le tréfonds des âmes tout en dépeignant la nature et le monde des chevaux de façon superbe. Un très grand roman, assurément, et une auteure à suivre.


Ida

Le nouvel Attila

15,00
par (Libraire)
26 février 2019

Un roman à la langue âpre, un poème dédié aux "vies minuscules".

Ida : le prénom claque comme la langue de Bessette qui ne cherche pas à enjôler le lecteur mais bien à le bousculer; son style est cinglant et âpre, la phrase hachée.
Dans ce 4ème volume des œuvres de cette auteure oubliée, morte en 2000 et heureusement republiée par les éditions du Nouvel Attila, on découvre peu à peu une femme qui n’est d’abord qu’une ombre, un bloc noir, un cadavre enfin, car elle vient d’être renversée par une voiture.
Ida a 65 ans et a servi toute sa vie comme domestique. C’est par la voix de sa dernière patronne, qu’on va découvrir peu à peu sa personnalité, même s’il est bien entendu que cette femme n’a jamais essayé ni de la comprendre ni de la connaître. Aucune aménité dans son portrait d’Ida à peine disparue, tantôt perçue « inquiétante», tantôt « agaçante », qu’on n’a jamais réussi à cerner et qui a toujours maintenu une réserve muette face aux questions personnelles.
Ida, à la morgue, est « un corps desséché sans grâce et sans proportion. Comme tant d’autres ». C’est une vie qui se reflète dans le vide et qui rejoint tant d’autres existences semblables, toutes centrées sur le labeur répétitif et monotone, imposé et accepté, une « vie minuscule » aurait dit Pierre Michon.
Sous forme de conversation à une seule voix, Hélène Bessette parle « du possédant et du possédé », de la servitude, de la fatigue du corps, de l’extrême solitude, de la douleur de ne rien construire à soi -ni maison, ni avenir-, car point de mari et point d’enfants.
Ida est cependant présente tout au long de ce texte ; sa silhouette s’impose à nous; ses pensées nous arrivent par bribes, mises entre parenthèses, et viennent se positionner en miroir de tout ce que peut dire d’elle sa patronne qui s’étonne de découvrir une Ida inconnue tandis qu’elle vide sa chambre :
« Puisqu’on cherche à la connaître maintenant
Pour ne pas l’avoir connue
Plus tôt
Méconnue
Pour n’avoir frôlé que l’esquisse
Ida
l’esquisse-Ida. Dessin hâtif. »
On lit ce roman d’une traite ; à la fin, on ne peut que dire « bravo, Madame, et merci ».


Antonia 
, Journal 1965-1966

Journal 1965-1966

Gabriella Zalapi

Zoé

12,50
par (Libraire)
21 janvier 2019

Un très beau texte, court et puissant!

Que de belles découvertes grâce aux Editions Zoé ! Notre "prix du Moulin des Lettres 2017" avait déjà mis en avant le très beau roman de Richard Wagamese "Les étoiles s'éteignent à l'aube".
En cette rentrée littéraire 2019, voici un nouveau petit bijou de cette belle maison d'éditions suisse, écrit par une jeune artiste plasticienne, Gabriella Zalapì, dont c'est le premier roman: un faux journal, court, brûlant, tenu par une jeune épousée de 30 ans, sicilienne, à qui son mari, notable palermitain, ne demande qu’une chose : être femme au foyer et mère. Antonia tente de s’évader de ce carcan insupportable en compulsant les documents familiaux laissés par sa grand-mère à sa mort, ce qui va lui permettre de faire un travail sur elle-même et de trouver la force d’échapper à son enfermement mental et physique. Le journal est bref et retrace deux années de la vie d'Antonia; les annotations courent sur une ou deux pages et peuvent tenir aussi en quelques lignes, toujours denses. On saisit pleinement, malgré la brièveté du texte, la souffrance, la façon dont se débat cette jeune femme et l'urgence de sa quête. Quelques photos accompagnent de façon originale les annotations d'Antonia et renvoient aux clichés familiaux que nous découvrons en même temps qu'elle tandis qu'elle essaie de se remémorer et d'affronter des scènes et des moments de son enfance. Superbe !


L'Envers de l'espoir
7,70
par (Libraire)
17 décembre 2018

Une enquête qui emmène le lecteur entre Tchernobyl dans les années 70 et l'Allemagne aujourd'hui

Troisième opus (traduit de l'allemand par Sylvie Roussel) de Mechtild Borrman, aux éditons Le Livre de Poche. Auteure allemande, Mechtild Borrmann s'aventure à chaque fois dans une histoire totalement différente mais à chaque fois réussie de bout en bout. "Le violoniste" et "Rompre le silence" sont également à découvrir. Un 4ème opus arrive début 2019!
A chaque fois une histoire resserrée, une quête de vérité incluant divers membres d'une même famille souvent sur 2 ou 3 générations et un règlement de comptes a posteriori avec la grande Histoire. Tous excellents.


Brasier noir
28,00
par (Libraire)
15 décembre 2018

Un roman noir qui plonge dans les racines du Mississipi et de ses meurtres racistes...

Dans la famille du « Ku Klux Klan », craignez plus encore les « Aigles Bicéphales » !
C’est au début de l’imposant roman de Greg Iles (1050 pages, deux autres tomes vont suivre) qu’on apprend à quelle occasion ce groupuscule (inventé par l’auteur mais inspiré par le « Silver Dollar Group ») se constitue en 1964, émanation du KKK en pire.
Le rêve de ces types de Natchez, Mississipi, ville natale de Iles, est de descendre Martin Luther King et Bob Kennedy, en tout cas de faire mieux que ce KKK qu’ils trouvent désormais ringard et mou. Violence, haine et vengeance sont les ressorts de ce roman noir qui se situe dans ce vieil Etat ségrégationniste.
Un saut dans le temps nous ramène dans les années 2000. Les « Aigles bicéphales » ont certes vieillis mais restent bien accrochés à leur morale immonde ; ils continuent à entretenir des relations autour d’ un juteux trafic de méthamphétamine.
Un petit groupe de personnages va cependant essayer de les faire tomber, famille fort sympathique qui a tous les attributs d’une famille américaine très conventionnelle : Tom Cage, le père, médecin aimé par ses patients et respecté par la communauté de Natchez, Penn, son fils, ancien procureur devenu maire de cette même ville, et Caitlin, la compagne de Penn, journaliste carriériste héritière d’un empire de la presse. Ils vont chacun à leur façon essayer de résoudre l’assassinat de l’ancienne infirmière noire du docteur Cage, Viola Turner. Ce meurtre se révélera avoir des implications beaucoup plus larges et va réveiller de vieilles histoires liées à la disparition du frère de Viola dans les années 60 ainsi que celle de deux de ses compagnons, jamais tirées au clair.
Greg Iles vit à Natchez et connaît bien le passé de sa ville. Tout en écrivant un roman qui répond aux critères du polar, il rend hommage au travail d’un journaliste local, Stanley Nelson, sous les traits du personnage de Henry Sexton qui s’acharne lui aussi à trouver les auteurs de crimes racistes jamais élucidés.
Sans temps mort, ce roman à l’architecture complexe vous emmène au fin fond de l’Amérique sudiste d’hier et d’aujourd’hui.