Conseils de lecture

1, Ascender - Tome 1

1

Lemire Jeff, Nguyen Dustin

Urban comics

10,00
par (Libraire)
18 avril 2020

Superbe tome 1 tout juste paru d'une nouvelle série SF

"Ascender" est la suite de "Descender" mais on peut lire ce tome sans avoir lu la série précédente.
Les robots sont devenus les ennemis de l'homme qui les a pourchassés (il en reste cependant quelques-uns de ci de là bien planqués). La magie punit désormais les récalcitrants aux lois imposées par celle que tous appellent la Mère et qui dirige d'une main de fer plusieurs planètes. Mila, une fillette, et son père, Andy, vivent dans une masure, libres mais soumis à un contrôle incessant jusqu'au jour où le chien-robot d'Andy , qu'il possédait dix ans auparavant, réapparait. Le droïde est immédiatement repéré par des drones d'un genre un peu particulier, qui somment Andy de rendre le robot s'il ne veut pas subir une punition à la hauteur de l'infraction. Le père décide donc de s'enfuir avec sa fille pour échapper aux cerbères et emportent leur robot. C'est précisément à ce moment-là que ça se complique...
Le scénariste Jeff Lemire, déjà auteur de "Descender", a créé une intrigue qui accroche dès les premières pages. On éprouve tout de suite de l'empathie pour la petite qui n'a pas froid aux yeux et démontre un caractère bien corsé. Son père, veuf et bien dépressif vu la vie qu'ils mènent tous deux, est sympathique et a conservé assez de ressort pour rebondir au moment opportun.
Les personnages négatifs le sont totalement et on n'aurait pas envie de rencontrer la Mère si l'envie lui prenait de débouler dans notre espace-temps... Elle ne semble éprouver absolument aucune pitié et son amour maternel pour ses deux rejetons est des plus limités. En voilà une qui n'a pas dû lire Dolto...
Quant au dessin du compère de Lemire, Dustin Nguyen, il est tout simplement splendide et d'une finesse extrême. La palette des aquarelles, bien loin des couleurs agressives de certains Comics, est aussi pour beaucoup dans la beauté des planches. Bref, une bd à découvrir pour les ados et les adultes qui souhaitent plonger dans un univers fantastique!


Le code Vivaldi
16,90
par (Libraire)
12 avril 2020

Coup de coeur de Léa, au rayon ados!

Emma King, jeune fille de la haute société américaine a perdu sa mère alors qu’elle était enfant. Elle a été élevée dans un pensionnat suisse réservé aux enfants des élites du monde entier pour les préparer à leurs futures responsabilités. Elle s’y épanouit en apprenant des meilleurs professeurs, entourée de ses amies de la sororité.
Le jour de ses seize ans, son père, Edgar King, vient au pensionnat pour lui proposer de l’emmener à Venise où il doit se rendre pour le compte de l’UNESCO. Sautant sur l’occasion avec l’espoir de se rapprocher de son père, Emma quitte son cocon. Quelle n’est pas sa déception quand, une fois arrivés en Italie, son père ne lui accorde pas la moindre attention. Il charge son assistant, Kieran de s’occuper de sa fille. La cohabitation s’annonce difficile dès le début entre les deux jeunes gens. Lors de la visite du Palais des Doges, elle surprend une conversation sur un cambriolage à venir. Elle se lance dans une enquête, obligée de collaborer avec l’insupportable Kieran. Arrivera-t-elle à empêcher ce cambriolage et à démêler la vérité dans la Sérenissime ?
Durant tout le roman nous suivons les deux personnages : Emma et Kieran. Elle est l’héritière d’une riche famille, orpheline de mère, avec un père distant. Elle est habituée au luxe, à donner des ordres et vit dans un monde à des années lumières du nôtre, ce qui ne la rend pas forcément sympathique. Kieran a grandi dans le dénuement mais a réussi à s’élever socialement grâce à sa culture. Petit à petit on en apprend plus sur la vie du jeune homme mystérieux. Leur rencontre est le choc entre deux univers.
Nathalie Somers nous offre un roman d’espionnage, teinté de relations houleuses à découvrir dès 12 ans. A quand la suite des aventures de notre duo improbable ?


LE JARDIN

Pyun Hye-Young

Rivages

19,00
par (Libraire)
8 avril 2020

UN ROMAN COREEN TERRIFIANT DE SUSPENSE ET NOIR COMME SA COUVERTURE!

Après "Bonne nuit Maman", voici un autre coup de ❤️ pour un roman coréen très court mais terrifiant de suspense et noir comme sa couverture... Son auteure, âgée de 48 ans, est Hye-Young Pyun et le roman a été publié en France par les Éditions Rivages fin 2019.
Ces 154 pages vont positionner le lecteur dès le départ dans l'ombre du narrateur, Ogui, devenu paraplégique à la suite d'un accident de voiture pendant lequel sa femme a péri. Dans les premières pages, on le découvre à l'hôpital où il va se réveiller après un long coma et réaliser ce qui lui est arrivé. En plus de la paralysie générale, il ne peut plus parler non plus.
Il va peu à peu sortir de sa léthargie et finalement pouvoir réintégrer son domicile, une jolie maisonnette possédant un jardin. Sa belle-mère, l'unique famille qui lui reste, va prendre en charge les soins dont il a besoin au quotidien car il est constamment alité et totalement dépendant. S'il ne peut pas s'exprimer, son cerveau est, lui, toujours très actif. Durant ses longues heures de veille immobiles, Ogui se remémore les circonstances de l'accident, le couple qu'il formait avec sa femme, la période où il l'a rencontré et le moment où il a été présenté à ses beaux-parents. Plus on avance dans le roman, plus Ogui avance dans l'analyse de sa vie et de tout ce qu'il a raté.
Pendant ce temps-là, il s'aperçoit que sa belle-mère modifie de plus en plus de choses dans sa maison, dans le jardin et dans la routine de ses soins, sans lui demander son accord...
Ce roman joue avec les nerfs du lecteur car il est basé sur l'immobilité du personnage principal cloué sur son lit et incapable de proférer un mot. Il est dans la position de la proie et l'on va découvrir peu à peu ce que sa belle-mère, machiavélique, lui réserve. Grâce à une construction habile, on se rend compte qu'Ogui n'a pas été le jeune homme droit et fidèle qu'on pouvait imaginer au départ. Sa personnalité, le changement qui s'était produit chez sa femme qui ne s'est pas réalisée au niveau professionnel et les failles de plus en plus béantes du couple vont apparaître clairement au fil des pages ainsi que la motivation et les sentiments de la belle-mère pour Ogui. Le jardin joue un rôle important dans la relation entre les personnages car il cristallise le mal-être, la frustration, le ressentiment et finalement la lente décomposition des rapports humains. Un très bon roman pour les amateurs de sueurs froides.


BONNE NUIT MAMAN

Seo Mi-Ae

Matin Calme

19,90
par (Libraire)
5 avril 2020

Un thriller coréen qui dévoile la part sombre des mères...

Vous aimez les thrillers psychologiques ? « Bonne nuit Maman » publié par la toute jeune maison d’édition Matin Calme, spécialisée dans le polar coréen, est pour vous. Diablement bien construit, ce roman présente deux histoires qui vont s’entremêler peu à peu jusqu’à se rejoindre en un final parfait.
L’un des personnages principaux est un jeune homme, tueur en série condamné à mort pour l’homicide de treize femmes. Il résiste à tout interrogatoire, restant totalement muet quant à la motivation de ses actes, jusqu’au jour où il demande à être entendu par une jeune femme, psychologue criminelle, Seon-gyeong. Celle-ci ignore pourquoi il l’a choisi mais décide de se rendre à la prison pour le rencontrer malgré son manque d’expérience . Le jeune homme va peu à peu se confier à elle et lui raconter sa longue descente aux enfers face à une mère mal aimante.
Parallèlement à cette série de rencontres qui vont se dérouler dans la prison, on va découvrir la vie que mène Seon-gyeong. Mariée à un homme divorcé, ils vont recueillir chez eux la fille de 11 ans de celui-ci. Elevée en partie par ses grands-parents maternels, elle doit désormais se faire à sa nouvelle vie chez sa belle-mère et son père car les grands-parents viennent de périr dans l’ incendie qui s’est déclaré chez eux. La fillette semble dès le départ très perturbée et son comportement étrange alerte Seon-gyeong qui doit cependant la prendre totalement en charge car son mari les délaisse toutes deux au profit de son travail.
Ce roman explore les traumatismes des enfants qui ont subi des maltraitances . Une fois devenus adultes, que deviennent en eux l’image du parent honni mais omniprésent et les souvenirs de leur enfance brisée?
Le style de l’auteure, efficace, captive le lecteur dès les premières pages, même si quelques lourdeurs et répétitions auraient pu être évitées. Le personnage de la fillette a donné lieu à une trilogie et l’on a hâte de découvrir la traduction du second tome.


L'affaire Galton, Une enquête de Lew Archer

Une enquête de Lew Archer

Éditions Gallmeister

10,00
par (Libraire)
3 avril 2020

Un excellent polar d'un auteur génial à découvrir toutes affaires cessantes !

Macdonald est un auteur -considéré comme l’un des plus grands auteurs de romans noirs américains – dont les romans étaient disponibles en rayon à la librairie depuis déjà un bon moment mais dont j’ignorais tout . J’ai enfin remédié à cette lacune impardonnable et les 261 pages de « L’affaire Galton » ont été lues en 2 temps et 3 mouvements. La série où apparaît Lew Archer a été écrite entre 1949 et 1976 et le roman présenté ici, écrit en 1959, se situe à la fin des années 50.
Lew Archer est un privé « discret, efficace et donc apprécié de ses clients aisés » comme le définit son CV au début du roman « Le sourire d’ivoire ». Il réside dans une ville de la côte Est, Santa Teresa, en Californie (double fictif de Santa Monica), commune limitrophe de Los Angeles où se trouve son bureau ; il boit juste ce qu’il faut pour garder l’esprit clair (et en tout cas beaucoup moins que Nick Valentine , le privé de McBride dans « Frank Sinatra dans le mixeur », ce qui nous rassure quant à la longévité de son foie).
Les intrigues des romans de Macdonald sont complexes et souvent construites à la manière des poupées russes. Si les premiers éléments se mettent rapidement en place, la suite donne du fil à retordre à notre privé qui détricote intelligemment la pelote avec perspicacité et psychologie.
Toute l’action se déroule depuis le point de vue du narrateur, Lew Archer, et on le suit dans dans le cheminement de ses déductions et de ses avancées dans l’enquête.
Celle-ci débute suite à l’appel d’un avocat représentant une vieille dame richissime qui cherche à savoir ce qu’est devenu son fils, Antony Galton, enfui 20 ans plus tôt du domicile familial et jamais revu. Lew Archer s’embarque donc sur le dernier lieu d’habitation du fiston et va alors découvrir plusieurs personnages avec qui Antony a eu maille à partir.
A une bonne intrigue pleine de rebondissements inattendus, l’auteur allie donc un privé des plus sympathiques avec un sens de l'ironie et de la répartie uniques; Macdonald est un orfèvre du dialogue, ses répliques sont succulentes et la traduction de Jacques Mailhos y est pour beaucoup.
Les enquêtes de Archer lèvent le voile sur une société hypocrite et malade, dont les pères souffrent de jalousie maladive et d’impuissance, ou encore absents, voire en fuite, et où les enfants sont la proie facile de rêves factices. La pègre n’est jamais loin non plus, creuset des côtés les plus noirs de l’Amérique.
Jacques Mailhos a retraduit de façon superbe 9 romans de Macdonald pour les éditions Gallmeister.
Ils sont en bonne place à la librairie!