2013-2018: Une Selection De 5 Ans De Coups De Coeur Du Moulin Des Lettres !

2013-2018: UNE SELECTION DE 5 ANS DE COUPS DE COEUR DU MOULIN DES LETTRES !

Reprise en janvier 2013, cela fait 5 ans désormais que la librairie "Au Moulin des lettres" a changé de propriétaire. Pour fêter ces 5 années de conseils et de coups de coeur, voici un nouveau dossier qui regroupe une sélection des romans, policiers, Bd, romans graphiques que je vous ai conseillés chaleureusement tout au long de ces saisons. Les titres proposés le sont sans classement particulier; j'ai fait en sorte d'alterner les genres, les éditeurs et les dates de parution. La version brochée n'est pas toujours en stock, par contre vous trouverez la plupart du temps le format poche en rayon....

Marx et la poupée
18,00

Depuis le ventre de sa mère, Maryam vit de front les premières heures de la révolution iranienne.
Six ans plus tard, sa mère et elle rejoignent le père en exil à Paris.

À travers les souvenirs de ses premières années, Maryam raconte l’abandon du pays, l’éloignement de sa famille, la perte de ses jouets - donnés aux enfants pauvres de Téhéran sous l’injonction de ses parents communistes -, l’effacement progressif du persan sans cesse en opposition avec le français, qu’elle va tour à tour rejeter, puis adopter frénétiquement, au point de laisser enterrée de longues années sa langue natale.

Maryam Madjidi raconte avec humour et tendresse les racines comme fardeau, comme rempart, comme moyen de socialisation, et même comme arme de séduction massive.


La Décision

Le Livre de Poche

6,90

Avec un frisson, il avait repensé à cette parole prophétique de Heine : ce n’était qu'un prélude. Là où l’on brûlait des livres, on finissait par brûler des gens.
B. B.
 
En 1933, Thomas Mann quitte Munich pour un voyage en Suisse, avec sa femme Katia et leurs enfants. Pendant ce temps, en Allemagne, le monde s'écroule. C'est le début de l'exil... Un exil d'abord résigné, jusqu'à ce jour de février 1936 où l’écrivain décide de condamner publiquement le régime nazi.
Lorsqu’il apporte cette lettre à son ami journaliste Korrodi afin qu’elle soit publiée, celui-ci est souffrant, et la publication est retardée de trois jours. Trois longs jours durant lesquels le doute va s'emparer de lui. Peut-on continuer à écrire lorsqu'on a perdu la reconnaissance de sa patrie, de ses lecteurs ? Et en tant que mari et père, a-t-on le droit de mettre en péril la vie des siens ?
 
Parfaitement composé, La Décision est une vraie réussite. Alexandre Fillon, Livres Hebdo.


Ils savent tout de vous
18,00

Ce nouveau roman de Iain Levison, plus noir que jamais, est un bijou de livre d’action sur le mode chasse à l’homme doublé d’une critique sévère de la surveillance généralisée à laquelle succombent nos sociétés occidentales.

François Reynaud, Librairie des Cordeliers (Romans-sur-Isère)


Le quatrième mur, Roman
19,00

Prix du Goncourt des Lycéens 2013

« L'idée de Sam était belle et folle : monter l'Antigone de Jean Anouilh à Beyrouth. Voler deux heures à la guerre, en prélevant dans chaque camp un fils ou une fille pour en faire des acteurs. Puis rassembler ces ennemis sur une scène de fortune, entre cour détruite et jardin saccagé.
Samuel était grec. Juif, aussi. Mon frère en quelque sorte. Un jour, il m'a demandé de participer à cette trêve poétique. Il me l'a fait promettre, à moi, petit théâtreux de patronnage. Et je lui ai dit oui. Je suis allé à Beyrouth le 10 février 1982, main tendue à la paix. Avant que la guerre ne m'offre brutalement la sienne... »


Petit pays

Gaël Faye

Grasset

En 1992, Gabriel, dix ans, vit au Burundi avec son père français, entrepreneur, sa mère rwandaise et sa petite sœur, Ana, dans un confortable quartier d’expatriés. Gabriel passe le plus clair de son temps avec ses copains, une joyeuse bande occupée à faire les quatre cents coups. Un quotidien paisible, une enfance douce qui vont se disloquer en même temps que ce « petit pays » d’Afrique brutalement malmené par l’Histoire. Gabriel  voit avec inquiétude ses parents se séparer, puis la guerre civile se profiler, suivie du drame rwandais. Le quartier est bouleversé. Par vagues successives, la violence l’envahit, l’imprègne, et tout bascule. Gabriel se croyait un enfant, il va se découvrir métis, Tutsi, Français…
« J’ai écrit ce roman pour faire surgir un monde oublié, pour dire nos instants joyeux, discrets comme des filles de bonnes familles: le parfum de citronnelle dans les rues, les promenades le soir le long des bougainvilliers, les siestes l’après-midi derrière les moustiquaires trouées, les conversations futiles, assis sur un casier de bières, les termites les jours d’orages... J’ai écrit ce roman pour crier à l’univers que nous avons existé, avec nos vies simples, notre train-train, notre ennui, que nous avions des bonheurs qui ne cherchaient qu’à le rester avant d'être expédiés aux quatre coins du monde et de devenir une bande d’exilés, de réfugiés, d’immigrés, de migrants. »

Avec un rare sens du romanesque, Gaël Faye évoque les tourments et les interrogations d’un enfant pris dans une Histoire qui le fait grandir plus vite que prévu. Nourri d’un drame que l’auteur connaît bien, un premier roman d’une ampleur exceptionnelle, parcouru d’ombres et de lumière, de tragique et d’humour, de personnages qui tentent de survivre à la tragédie.

----------------------------------------
Prix Goncourt des lycéens 2016
Prix du premier roman