La Peinture en fiction

La Peinture en fiction

Nous vous avons concocté une sélection de romans, de policiers, de biographies ou autobiographies romancées ayant trait à la peinture ou à l'art en général : c'est dans le cadre de la seconde "Nuit de la Lecture", le 20 janvier 2018, au sein du musée départemental d'Art moderne et contemporain d'Epinal, que nous avions pu présenter cette sélection qui a fait découvrir un grand nombre de titres à des lecteurs et lectrices qui aiment et la littérature et l'art.
Certains viennent de paraître comme les romans de Patrick Grainville, de Zygmunt Miloszewski, de Camilo Sanchez. D'autres sont plus anciens mais sont à découvrir absolument comme le superbe texte de Goffette sur Bonnard et sa muse Marthe. Ils ont peut-être échappé à votre vigilance! Bonne lecture!
Laurence

La décision de Brandes
16,00

« Vous choisissez », m’a-t-il dit. À cet instant, je ne savais presque rien de cet homme. C’est tout juste si je savais qu’il s’appelait Hofer, Walter Andreas Hofer ; qu’il sillonnait Paris à la recherche d’œuvres d’art pour la collection particulière de Göring et que, lorsqu’il voulait, il pouvait être extrêmement persuasif. « Vous choisissez. » Une voix impérieuse, habituée à dicter ses conditions ; à laisser la peur ou le doute ébranler la faculté de décider jusqu’à la réduire à néant. « Si vous voulez récupérer vos tableaux, vous n’avez qu’à me donner le Cranach. »

Voyage dans la mémoire et dans les couleurs, chant à l’amour et à l’art, un roman subtil et lyrique qui explore les petites formes d’opposition à l’arrogance et à l’oppression, les émotions contradictoires et la force des souvenirs qui donnent un sens à une vie qui s’achève.

« Le roman de Márquez est un voyage dans le temps, du crépuscule de la vie à ce moment brûlant de la décision, comme Hofer l’a formulé. Un voyage de mémoire et de contemplation à travers l’expérience personnelle et la voix des autres. Un voyage sensitif à travers les couleurs, les textures et les surfaces, leurs significations mystiques et leurs absolues réalités. La décision de Brandes est un memento mori, en même temps qu’une accusation explosive — peut-être aussi, dans une certaine mesure, une auto-accusation. Cette généalogie des ombres est un registre des vies aimées, des vies perdues et des vies trahies, des décisions prises, des silences gardés sous la contrainte, par lâcheté ou par concessions faites sans protester. Toute sa vie, Brandes a oscillé entre l’immobilité et le mouvement, la passivité et l’action, tant dans l’art que dans la vie. En tant que peintre, il a lutté avec le sens profond et la forme extérieure, avec le mouvement et les natures mortes. Dans sa vie, il a vacillé entre les rêves et les faits, le présent et la mémoire, la permanence et l’évasion. Et le souvenir de tout ce qu’il a fait ou n’a pas fait, de tout ce qu’il avait ou n’avait pas décidé, emplit, en même temps qu’elle l’éclaire, la fin de sa vie. » Mika Provata-Carlone


Le portrait
7,90

Et si un tableau pouvait parler ? Dire tout ce qu'il voit et tout ce qu'il entend, partout où il est accroché ? Le portrait de la baronne Betty de Rothschild, peint par Ingres en 1848, raconte, à travers ce roman surprenant, un siècle et demi des fastes et des tourments de sa famille, l'une des dynasties financières les plus légendaires et secrètes d'Europe.
Le portrait de la baronne Betty de Rothschild, peint par Ingres en 1848, raconte un siècle et demi des fastes et des tourments de sa famille... Prix de la langue française 2007.


Les filles au lion
22,50

En 1967, cela fait déjà quelques années qu’Odelle, originaire des Caraïbes, vit à Londres. Elle travaille dans un magasin de chaussures mais elle s’y ennuie, et rêve de devenir écrivain. Et voilà que sa candidature à un poste de dactylo dans une galerie d’art est acceptée ; un emploi qui pourrait bien changer sa vie. Dès lors, elle se met au service de Marjorie Quick, un personnage haut en couleur qui la pousse à écrire. Elle rencontre aussi Lawrie Scott, un jeune homme charmant qui possède un magnifique tableau représentant deux jeunes femmes et un lion. De ce tableau il ne sait rien, si ce n’est qu’il appartenait à sa mère. Marjorie Quick, à qui il soumet la mystérieuse toile, a l’air d’en savoir plus qu’elle ne veut bien le dire, ce qui pique la curiosité d’Odelle. La jeune femme décide de déchiffrer l'énigme des Filles au lion. Sa quête va révéler une histoire d’amour et d’ambition enfouie au cœur de l’Andalousie des années trente, alors que la guerre d’Espagne s’apprête à faire rage. Après Miniaturiste, Jessie Burton compose une intrigue subtile entre deux lieux et deux époques que tout sépare en apparence, tout en explorant, avec beaucoup de sensualité, d'émotion et de talent, les contours nébuleux de la puissance créatrice.
Jessie Burton est née à Londres en 1982. Elle a étudié à l’université d’Oxford avant de devenir comédienne pour le théâtre et la télévision. Miniaturiste, son premier roman, a paru en 2015 aux Éditions Gallimard et s’est vendu à plus d’un million d’exemplaires dans le monde.


La jeune fille à la perle
8,40

La jeune et ravissante Griet est engagée comme servante dans la maison du peintre Vermeer. Nous sommes à Delft, au dix-septième siècle, l'âge d'or de la peinture hollandaise. Griet s'occupe du ménage et des six enfants de Vermeer en s'efforçant d'amadouer l'épouse, la belle-mère et la gouvernante, chacune très jalouse de ses prérogatives.Au fil du temps, la douceur, la sensibilité et la vivacité de la jeune fille émeuvent le maître qui l'introduit dans son univers. À mesure que s'affirme leur intimité, le scandale se propage dans la ville...
Un roman envoûtant sur la corruption de l'innocence, l'histoire d'un cœur simple sacrifié au bûcher du génie.


Charlotte
14,90

Le roman de David Foenkinos retrace la vie de Charlotte Salomon, artiste peintre morte à vingt-six ans alors qu'elle était enceinte. Après une enfance à Berlin, Charlotte est exclue par les nazis de toutes les sphères de la société allemande. Elle vit une passion amoureuse fondatrice, avant de devoir tout quitter pour se réfugier en France. Elle y entreprend la composition d'une œuvre picturale autobiographique d'une modernité fascinante. Se sachant en danger, elle confie ses dessins à son médecin en lui disant : «C'est toute ma vie.» Ce roman a connu un succès considérable depuis sa publication en septembre 2014 et a obtenu deux prestigieux prix littéraires, le prix Renaudot et le prix Goncourt des lycéens. De nombreux lecteurs ont demandé à l'auteur de montrer les œuvres peintes de Charlotte, quelques-unes des centaines de gouaches qu'elle a laissées et dont l'ensemble, intitulé Vie ? ou Théâtre ? raconte son histoire. Cette édition intégrale illustrée du roman est accompagnée de cinquante gouaches de Charlotte Salomon choisies par David Foenkinos, et d'une dizaine de photographies représentant Charlotte et ses proches.
Avec des gouaches de Charlotte Salomon
Nouvelle édition illustrée
Cette édition intégrale illustrée du roman est accompagnée de cinquante gouaches de Charlotte Salomon choisies par David Foenkinos, et d'une dizaine de photographies représentant Charlotte et ses proches.