Mon parrain de Brooklyn
EAN13
9782021109214
ISBN
978-2-02-110921-4
Éditeur
Seuil
Date de publication
Collection
Seuil policiers
Nombre de pages
512
Dimensions
23 x 14 x 0 cm
Poids
398 g
Langue
français
Langue d'origine
anglais
Fiches UNIMARC
S'identifier

Mon parrain de Brooklyn

De

Traduit par

Seuil

Seuil policiers

Indisponible

Ce livre est en stock chez un confrère du réseau leslibraires.fr,

Cliquez ici pour le commander
New York, novembre 1963. Le jeune Russell Newhouse, brillant étudiant en lettres qui parle aussi bien le yiddish que l’anglais, est le secrétaire de la Bothke Society, l'association de vieux immigrés polonais qui gère le carré réservé aux Juifs dans le cimetière de Brooklyn. Le jour où Shushan Cats, le caïd le plus puissant de la pègre juive de la ville, sorte de croisement entre Al Capone et Robin des Bois, lui confie les obsèques de sa chère maman, marque pour Russell le début des ennuis, mais aussi celui de l’apprentissage qui fera de lui un homme respecté et craint. Lors de la semaine de deuil traditionnelle, Russell, qui soutient Shushan dans l’épreuve, va rencontrer ce qu’on fait de mieux dans le Milieu. À l’approche d’un procès gênant, Shushan disparaît — le bruit court parmi ses rivaux qu’il est mort – et Russell devenu son héritier apprend (sans difficulté aucune) les ficelles du métier, faisant à l’occasion connaissance avec un pittoresque avocat allemand, une juge corruptible et des agents du FBI. Peu après l’assassinat de John F. Kennedy, il découvre, en direct à la télé, que le visiteur du Texas venu quelques jours plus tôt en costume de cowboy présenter ses condoléances à Shushan n’était autre qu’un certain Jack Ruby…

Diplômé des rues de Brooklyn, où il a grandi en face du siège de Murder Inc., Hesh Kestin a été reporter de guerre au Moyen-Orient, en Europe et en Afrique, puis –comme correspondent de Forbes en Europe – il a enquêté sur la mondialisation du terrorisme et sa vilaine contrepartie, la mondialisation de l'économie. Ses reportages ont été publiés par des supports aussi divers que Newsday, T he Jerusalem Post, Inc. et Playboy. Après avoir rangé son sac de reporter, Kestin a fondé deux journaux, le quotidien israélien indépendant The Nation et un hebdo pour expats, The American.
S'identifier pour envoyer des commentaires.