Laurence G.

Dernier commentaire

Algues vertes, l'histoire interdite
par (Libraire)
10 juin 2019

Un reportage de qualité sur le phénomène des algues vertes en Bretagne

Inès Léraud, journaliste spécialisée dans les problématiques de santé publique et d’environnement, produit des documentaires radio-diffusés. Elle s’est intéressée au problème des algues vertes en Bretagne pour en tirer un reportage au long cours qui a d’abord fait l’objet d’une diffusion en 2016 sur France Inter avant de paraître de façon partielle dans La Revue Dessinée, mis en dessin par Pierre Van Hove.
Les éditions Delcourt se sont associées à La revue dessinée pour publier intégralement cette excellente BD qui vient tout juste de paraître.
Comme toute journaliste qui se respecte, Inès Léraud n’a pas lésiné sur le temps et sur le nombre
de personnes qu’elle est allée interroger dans le cadre de son reportage extrêmement fouillé.
Elle retrace les interviews qu’elle a pu obtenir pour créer un historique du problème sanitaire breton. La Bd commence par le témoignage du médecin urgentiste Pierre Philippe à Lannion ; il a été le premier, dès 1999, à soupçonner une intoxication (qui a pu s’avérer mortelle dans certains cas) par les émanations des algues vertes sur des patients et des animaux retrouvés inanimés sur les plages (touristiques) de la baie de Saint Michel en Grève dans les Côtes-d’Armor ou dans une zone très proche. En recoupant différents cas semblables pourtant éloignés dans le temps, il a énoncé ses conclusions et a averti les autorités sanitaires locales : sans effet ! Le déni est total jusqu’en 2016 alors que 36 sangliers, 5 ragondins et 1 blaireau sont retrouvés morts sans raison apparente sur les plages du Gouessant...
Inès Leraud est allée voir également du côté politique (maires, Conseil départemental, Préfecture, Conseil régional…) les raisons d’un tel déni. Elle met au jour les connivences entre les politiques (dont l’un d’eux est notamment Jean-Yves Le Drian, président de la Région) et les industriels, les puissants lobbies de la viande et jusqu’à la FNSEA.
Elle en vient à parler du système d’élevage intensif qui a été mis en place à partir des années 60 en Bretagne, avec un remembrement imposé aux agriculteurs qui bouleversera complètement le paysage et le monde agricole bretons. Les agriculteurs vont se retrouver englués dans ce système de production dont ils n’arriveront pas à sortir, empêchés par des emprunts sans cesse renouvelés pour augmenter la production et rester compétitifs au détriment de la qualité et de l’environnement.
Faisant de preuve de didactisme, recoupant les faits et les déclarations des uns et des autres, l’auteure produit un travail d’explication remarquable et limpide, mettant en avant combien le temps de la justice peut être pour long pour les victimes et leur famille.
Le dessin de Van Hove accompagne de façon dynamique tout le propos. Laurence Grivot