L'Homme du verger
par (Libraire)
18 juillet 2019

Un très beau roman qui allie la nature et le coeur des hommes

Coup de coeur pour le premier roman d'Amanda Coplin (et pour l'instant le seul traduit en français; traduit par Laurence Kiefé): Au nord-ouest des Etats-Unis, à côté de Wenatchee, au tout début du XXème siècle, Talmadge vit seul et passe tout son temps à s'occuper du verger qu'il a planté avec sa mère, morte depuis bien des années; il le fait prospérer et ses rares contacts avec autrui ont lieu lorsqu'il va vendre ses fruits. Sa propriété est parfois traversée par des chevaux sauvages conduits par des Indiens qui en font commerce. La solitude et le contact avec la nature n'ont pourtant pas rendu Talmadge sauvage pour autant car il va nourrir, héberger et enfin adopter deux adolescentes qu'il va croiser par hasard lors d'une de ses virées en ville. Les deux jeunes soeurs ont fui et sont livrées à elles-mêmes, sans aucun appui ni secours. Chacune d'entre elles va tenter de se reconstruire grâce à ce que va leur offrir l'agriculteur mais les douleurs du passé ne vont pas les abandonner de sitôt.
Ce très beau roman, original, dont la résilience est le thème central, rythmé par le temps lent de la récolte et de l'entretien des arbres, a été l'un de mes coups de coeur lors de sa parution en français en 2014 aux éditions Christian Bourgois.

Tous les conseils de lecture