Le Carnet À Spirales .

https://www.facebook.com/librairielecarnetaspirales/?fref=nf

Les lectures de l'équipe du Carnet à spirales pour vous aider dans vos choix, vous accompagner dans vos nuits blanches, dans vos heures d'évasions romanesques.
Peu adeptes des étoiles nous avons décidé d'en donner 5 par défaut à nos recommandations.
Au plaisir de vous lire et de vous recevoir au Carnet à spirales

Au commencement du septième jour
30 octobre 2019

Enorme coup de coeur que ce roman qui vous happe dès la première page et vous hante bien après la dernière page tant le style est singulier et les mots profondément humains pour saisir l'instant, tous les instants de cette vie d'homme, jusque-là parfaite et d'un coup chahutée, ballotée, remise en question. Et derrière le brouillard de ces interrogations, Luc Lang nous révèle toute la beauté des enfants, les blessures des grands, les couleurs du ciel, la rudesse de la montagne, la chaleur de l'Afrique....Magnifique !

Désorientale
11,00
30 octobre 2019

Ample fresque politique, historique et intimiste, Désorientale séduit par sa liberté, son souffle, sa langue et offre de brillantes réflexions sur l'exil et l'identité. Bluffant !

Avant que naisse la forêt
30 octobre 2019

Jérôme Chantreau explore les recoins de la forêt, exhume légendes et souvenirs, sa plume amplifie les sons, les couleurs, les parfums, les sensations et fouille les profondeurs de l'âme autant que celles des arbres. Un texte admirable.

Jérôme Chantreau sera le 12 novembre prochain Au Carnet à spirales pour en parler. Toutes les infos dans l'Agenda / les rencontres

Babylone

Yasmina Reza

Folio

7,50
30 octobre 2019

Une fête entre voisins, quoi de plus banal, scène ordinaire de la vie ordinaire. C'est sans compter le formidable talent de dramaturge de Yasmina Reza qui justement va faire déraper le cours des choses pour notre plus grand plaisir.

COMMENT CONSTRUIRE UNE CATHEDRALE
30 octobre 2019

Que c'est bon la folie... Bien souvent des personnages réels dépassent la fiction.

Justo Gallego laissera à sa mort une œuvre inachevée, une œuvre de toute une vie et un fardeau monumental pour la ville, les architectes en charge de la sécurité, l'état, le clergé. Il laissera cette cathédrale inachevée qui a pour vocation de le demeurer. Les uns et les autres se renvoient la balle et lui, petit homme courbé, se rend à la briqueterie, poussant sa brouette, afin de récupérer ces briques non conformes, non commercialisables, qui s'empileront de guingois pour former cette humaine folie.

Que de thèmes abordés dans ce court récit, que de pistes à explorer. Mark Greene propose sa lecture propre de cet olibrius, de cet allumé, mais sans jamais le juger ni le dresser sur un piédestal. Il observe incrédule cet humain. Formidable histoire que cette cathédrale qui peut-être, un jour, s'écroulera sur deux groupes de touristes venus en car pour la visiter gratuitement, pour s'extasier devant la folie d'un homme, bestiole à deux pattes capable de soulever des montagnes pendant que d'autres s'endorment repus. La cathédrale s'écroulera alors tel un château de cartes construit sur du sable, s'écroulera par manque d'engagement et de courage de ceux qui ont laissé Justo construire, comme on laisse jouer un enfant, sans croire un seul instant que le trou de départ deviendrait un édifice incroyable capable de déplacer des foules désormais. Le parallèle entre cet inutile édifice joyeusement habité par les visiteurs et les indispensables villes nouvelles de quelques promoteurs canailles habitées par des fantômes résume à lui seul la vacuité de l'existence.

A découvrir également les autres titres de cette collection « Les invraisemblables »