Conseillé par (Libraire)
12 janvier 2022

Un roman fort !

Le nouveau roman de K.Tuil est une plongée dans le monde fermé des juges antiterroristes mais il est aussi une sacrée claque.
Son personnage principal, Alma Revel, est la juge d'instruction responsable du pôle antiterroriste à Paris. Bosseuse, fiable, elle met sa vie personnelle entre parenthèses 5 jours par semaine et ne retrouve ses enfants et son mari que le week-end.
C'est elle qui nous introduit dans la vie d'un juge d'instruction tout au long d'un récit à la 1ère personne.
Le roman s'ouvre en 2016 alors qu'elle va visionner avec ses collègues les images d'un attentat terrifiant qui vient d'avoir lieu à Paris et qui va faire basculer sa vie. La fiction est construite afin que le lecteur ait toutes les clés pour comprendre dans quel contexte cet attentat va se produire et ce qui va en découler; c'est donc en remontant le temps qu'Alma va débuter son histoire.
Le récit d'Alma happe le lecteur dès les premières pages. Il est entrecoupé de courts chapitres qui sont la transcription des interrogatoires d'un jeune prévenu arrêté alors qu'il revient de Syrie. On va donc suivre le processus auquel est soumis cet homme de 23 ans et assister aux échanges entre les juges qui doivent statuer sur son cas ; pour cela, ils doivent "détecter la dangerosité et apprécier le risque avec la conscience que ce n'est pas une science exacte" et conclure : le laisser en prison ou le relâcher en le plaçant sous contrôle judiciaire.
Au-delà de la description précise de son travail de juge, Alma raconte aussi sa vie de famille qui tangue et ne tient plus qu'à un fil. On la découvre perdue, fragilisée et on ne peut qu'éprouver de l'empathie pour ce personnage au bord du précipice.
Ce roman très fort de seulement 300 pages, très bien construit, nous ouvre les portes sur la vie de ces magistrats, parle de justice, d'humain et de libre-arbitre et la tension dramatique et romanesque liée à l'histoire personnelle d'Alma s'y imbrique parfaitement.

Conseillé par (Libraire)
1 septembre 2020

Paternité, filiation, génétique, amour... tout cela et plus encore !

Coup de ❤ pour le nouveau roman de Arnaud Dudek !
Il nous avait déjà fait bien tanguer avec "Tant bien que mal"; le voilà qui récidive avec "On fait parfois des vagues" publié par les éditions Anne Carrière.
On retrouve son style délicat et ses phrases courtes qui font mouche et on y découvre, sous la banalité apparente de personnages "sans qualités" des morceaux de vie, d'amour, mais aussi des peines profondes qui pourraient en annihiler plus d'un. Mais Arnaud Dudek aime trop ceux qu'il crée pour les laisser sombrer corps et biens...
On y retrouve aussi son goût pour l'enfance et ce qui peut la malmener, son désir de nous laisser voir l'enfant grandir et se démener.
Un roman qui se lit d'une seule traite et qui est une très belle façon de commencer cette rentrée littéraire !