Les aigles endormis

Les aigles endormis

Danü Danquigny

Gallimard

  • par (Libraire)
    15 juin 2020

    Albanie: bienvenue au royaume des désillusions...

    Danü Danquigny , auteur canadien d’origine albanaise, nous fait découvrir dans un roman noir, court et percutant l’Albanie entre la fin des années 70 et 2017.
    Le narrateur revient dans son pays après s’être enfui en France 25 ans auparavant et n’a qu’une idée en tête : venger sa femme assassinée juste avant son exil.
    Louvoyant entre les différentes époques de sa vie tout au long du roman constitué de courts chapitres, Arben, né en 1968, se souvient de sa jeunesse, de ses parents, de ses amitiés et de son mariage arrangé par son père comme le voulait encore la tradition dans les années 90. C’est là une déclaration de haine et d’amour à son pays qui a vécu sous la dictature de Enver Hoxha pendant 40 ans, 40 années de peur liée à la délation, à l’emprisonnement, à la privation de libertés mais suivies par l’ouverture au capitalisme sauvage et la naissance de groupes mafieux de plus en plus puissants acoquinés aux nouveaux dirigeants politiques.
    Les réponses d’Arben aux questions qui le taraudent depuis si longtemps vont bien surgir à la fin de son histoire mais pas tout à fait comme il l’espérait…
    Un excellent roman à l’écriture incisive et efficace qui nous fait découvrir un pays très proche de nous mais si peu connu.


  • par (Libraire)
    4 mai 2020

    Bluffant de réalisme

    Un roman noir saisissant sur un régime communisme mal connu : l'Albanie; c'est bluffant de réalisme !


  • 12 janvier 2020

    Coup de colère

    En dire autant en à peine plus de deux cents pages, c’est un vrai talent. Et
    Danü Danquigny, après s’être un peu cherché dans l’anticipation ou la BD, a eu
    bien raison de se mettre au roman noir. Avec ce premier livre, il nous ouvre
    les yeux sur la sinistre trajectoire d’un pays mal considéré : l’Albanie. Le
    narrateur est rentré au pays pour régler des comptes. Il est rongé par une
    rage ancienne, animé d’une violence aveugle. Son récit replonge sans cesse à
    différents âges de son existence de quinquagénaire, révélant petit à petit les
    causes de son mal. Ce temps de l’espoir où, adolescent ou jeune adulte, il
    rêve encore d’un avenir libéré de la tyrannie d’Enver Hoxha, cruel clone
    européen des dictateurs marxistes-léninistes d’Asie, le Chinois Mao Zedong et
    le Coréen Kim Il-sung.

    Lire la suite de la critique sur le site o n l a l u